Informations Covid-19

Covid-19
Cette page sera mise à jour régulièrement

Report de l'installation du nouveau Conseil Municipal


Suivant les recommandations de l'État et de la situation sanitaire, celle-ci est reportée à la mi-mai au minimum.

Sommaire


Informations, recommandations & mesures sanitaires

Depuis janvier 2020, une épidémie de Coronavirus COVID-19 (ex 2019-nCoV) s’est propagée depuis la Chine.
Un numéro vert répond en permanence à vos questions, 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000
Attention, la plateforme téléphonique n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux, si vous présentez des signes d’infections respiratoires (fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires) dans les 14 jours suivant votre d’une zone à risque il faut contacter le 15.
Face aux infections respiratoires, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

Le 16 mars 2020, le Président de la République a décidé de prendre des mesures pour réduire à leur plus strict minimum les contacts et les déplacements. Un dispositif de confinement est mis en place sur l’ensemble du territoire à compter du mardi 17 mars à 12h00, pour quinze jours minimum. Les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d'être munis d'une attestation pour : L'attestation nécessaire pour circuler sera disponible sur cette page ce mardi 17 mars. Les infractions à ces règles seront sanctionnées d’une amende allant de 38 à 135 euros.
Toutes les réponses aux questions que vous vous posez sur le Coronavirus COVID-19 Attestation de déplacement dérogatoire (mise à jour) Justificatif de déplacement professionnel Liste nationale des établissements recevant du public autorisés à maintenir leur activité Mise en place d'une cellule d'information du public en Moselle Conduite à tenir pour les personnes de retour d'une zone de circulation du virus Arrêté Municipal



Enseignants et collectivités s'organisent pour assurer la « continuité pédagogique »

Depuis ce matin et au moins jusqu’aux vacances de printemps, les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités sont officiellement fermés partout en France afin de limiter la circulation du covid-19 et ainsi « freiner l’épidémie ». « Une situation totalement inédite dans l’histoire de France », dixit le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Résultat : 13 millions d’élèves doivent rester chez eux. « En outre, aucun accueil collectif de mineurs recevant plus de dix mineurs ne pourra également se tenir à compter du 16 mars 2020 et ce jusqu’à nouvel ordre, et tous les accueils avec hébergement prévus durant les vacances de printemps, quel que soit le nombre de mineurs accueillis, sur le territoire national et à l’étranger, devront être annulés ou reportés », confirmaient le ministère de l’Éducation nationale et l’AMF dans un communiqué commun, diffusé vendredi.

Accueil des enfants de personnels soignants
Seuls les enfants de personnels soignants*, mobilisés pour endiguer la crise sanitaire et qui n’ont aucune solution de garde, pourront être accueillis dans les écoles et les collèges (les lycées ne sont pas concernés). « Un système de garde exceptionnel » est, en effet mis en place par les communes et les départements, en lien avec le ministère de l’Éducation nationale. « Les personnels municipaux [par exemple les Atsem, ndlr] pourront participer à ce service d’accueil », écrivent de concert l’AMF, l’ADF et le ministère. Concrètement, « cela signifie des petites classes de huit à dix élèves, adaptées, parfois de multi-niveaux, affirmait Jean-Michel Blanquer, hier sur franceinfo. Pour les repas, il sera demandé aux parents d'amener une boîte pour le déjeuner, puisque les services de cantine vont être interrompus dans l'immense majorité des cas. Le nombre de professeurs pour garder ces enfants sera également limité. »

Présence physique et télétravail pour les enseignants
Les enseignants sont donc, eux aussi, mobilisés. « Dans chaque cas, c'est le chef d'établissement ou le directeur ou la directrice qui sont en situation de piloter qui vient et qui ne vient pas (…) Dans la quasi-totalité des cas, les professeurs qui seront présents lundi le seront parce qu'ils le veulent bien, sur la base du volontariat (…) Il n'y aura évidemment, aucune sanction financière, pour personne, dans une période comme celle-ci, ça vaut pour nous comme pour d'autres domaines, c'est évident », expliquait le ministre. Un discours que le Snes-FSU, qui demande aux enseignants de privilégier le télétravail, a jugé « ambigu ». « Dans plusieurs de ses messages, il a demandé aux enseignants de rejoindre leurs établissements, alors que le Premier ministre, au même moment, disait de favoriser le travail à distance, limiter la vie sociale. Maintenant, il semblerait qu'on nous demande plutôt de rester chez nous et de faire le travail à distance, ce qui paraît le meilleur moyen d'éviter la propagation du coronavirus », réagissait, ce matin sur franceinfo, Stéphane Audebeau, professeur de sciences économiques et sociales à Sète (Hérault) et responsable du syndicat enseignant Snes-FSU.

« Continuité pédagogique »
Bien que les établissements scolaires soient fermés, Jean-Michel Blanquer l’expliquait en fin de semaine dernière, les élèves ne sont pas en vacances. Une « continuité pédagogique » doit être assurée via l’enseignement à distance. Celle-ci « vise, en cas d’éloignement temporaire d’élèves ou de fermeture d’écoles, collèges et lycées, à maintenir un lien pédagogique entre les professeurs et les élèves, à entretenir les connaissances déjà acquises par les élèves tout en permettant l’acquisition de nouveaux savoirs ». Aussi, indiquent le ministère et l’AMF, « les locaux scolaires demeureront ouverts afin que les équipes éducatives puissent organiser le suivi des élèves et informer régulièrement les familles, notamment sur les modalités de connexion à la plateforme du Centre national d’enseignement à distance (Cned) « Ma classe à la maison » (des exercices en ligne et des « classes virtuelles » où le professeur peut faire cours à ses élèves par visioconférence) (…) Partout où cela est nécessaire, les mairies et certaines écoles organiseront des permanences afin de transmettre aux élèves qui ne disposent pas d’un équipement adapté ou d’une connexion internet suffisante [5 % des élèves seraient dans cette situation, selon le ministère de l’Éducation nationale, ndlr] des ressources pédagogiques en format papier préparées par les professeurs ». Cependant, la plateforme du Cned ne pourrait supporter que 7 millions de connexions simultanées. Les espaces numériques de travail (ENT) pourraient être alors privilégiés. Pour limiter le « décrochage » de certains élèves, le recours à des associations n’est pas exclu.
Quant aux enfants en situation de handicap, ils sont invités, comme les autres, à rester chez eux. « Dans la plupart des cas, ce sont les parents qui vont les aider. Mais c'est vrai qu'il peut y avoir certaines solidarités, que certains personnels (comme les AESH) pourront peut-être participer à cette solidarité. C'est là aussi, au cas par cas, que ça doit se voir », a indiqué le ministre. Pour l’heure, les épreuves du brevet des collèges et du baccalauréat sont maintenues aux dates prévues.


Périscolaire

Dans le cadre de la propagation du Coronavirus que nous subissons en France, les autorités sanitaires préconisent la fermeture de l’ensemble des structures d’accueil de jeunes enfants jusqu’à nouvel ordre. La Direction des Opérations et le Service Qualité d’Enfance Pour Tous appliquent les préconisations afin de garantir la santé de tous. De ce fait, la fermeture du Centre de Loisirs L’Iloz’enfants sera effective le Lundi 16 mars 2020.
Cette situation étant un cas de force majeure, le responsable de votre établissement prendra contact avec vous pour vous expliquer les modalités administratives liées à votre contrat d’accueil. Un comité de veille sur le suivi du risque épidémiologique est mis en place par la Direction Générale. Nous vous tiendrons régulièrement informés de la suite à donner en fonction des préconisations ministérielles. Pour votre complète information, l’ensemble des équipes est actuellement accompagné par notre service des Ressources Humaines. Nous vous mettons également à disposition plusieurs contacts téléphoniques et adresses mail afin de répondre à l’ensemble de vos questions :


Frontaliers

Dans le cadre de notre mission d'information au public, Frontaliers Grand Est a établi une liste de questions / réponses pour informer le public frontalier dans le cadre de la crise liée au COVID-19.
Les frontaliers allemands, belges, luxembourgeois et suisses pourront trouver des informations légales mises à jour régulièrement.
Vous trouverez le lien ci-dessous :
Site internet Frontaliers Grand Est


Mission Locale

Faisant suite à la décision du Président de la République concernant le COVID-19, le fonctionnement de la Mission Locale du Pays Messin va changer provisoirement pour plusieurs semaines dès lundi 16 mars 2020.
Les entretiens individuels habituellement réalisés dans les locaux de la Mission Locale ou dans les permanences sont transformés en entretien téléphonique.
Toutes les rencontres collectives sont annulées et reportées à une date ultérieure (atelier d’orientation, Garantie Jeunes, cellule de recrutement etc…)
Afin de poursuivre ensemble le travail amorcé, nous vous invitons à prendre contact avec la Mission Locale téléphoniquement ou par mail :
Antenne de Metz : 03 87 74 56 40
Antenne de Talange : 03 87 51 95 15
Antenne de Moulins : 03 87 21 17 17
Garantie Jeunes : 03 87 80 25 60
mlpaysmessin@mlpm.fr


Fréquentation des espaces forestiers et naturels par les particuliers

Dans le cadre du strict respect des nouvelles mesures annoncées par le chef de l'État, Didier MARTIN, préfet de la Moselle, souhaite apporter les précisions suivantes.
Les travaux en forêt, réalisés à titre individuel en tant qu’affouagiste ou cessionnaire (façonnage et transport de bois) ne revêtent aucun caractère indispensable. Ils n’ont donc pas vocation à être poursuivis, contrairement à ceux assurés par les entreprises de travaux forestiers.
En outre, les déplacements liés à ces activités non professionnelles ne sauraient justifier d'une quelconque dérogation au titre de la mise en oeuvre du décret du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contra la propagation du virus COVID-19.
Il en est de même des activités sportives ou récréatives pratiquées au sein des massifs boisés, notamment situés en périphérie des agglomérations, et éloignés de résidences des pratiquants concernés.


Lettre d'informations

Marchés hebdomadaires

Sur décision ministérielle, les marchés alimentaires seront fermés jusqu'à nouvel ordre.


Mesures immédiates de soutien aux entreprises

Face à l’épidémie du Coronavirus Covid-19, le Gouvernement met en place des mesures immédiates de soutien aux entreprises :
Mesures d’urgence pour les entreprises confrontées au Covid-19


Dispositif "Voisins solidaires"

Nous vous proposons de mettre en œuvre une stratégie de mobilisation, en déployant un outil simple, concret, gratuit et efficace, d'organisation de la solidarité de voisinage.
Le kit Coronavirus comprend l'affiche à mettre dans le hall ou le lotissement, les tracts pour mettre dans les boites aux lettres ou sous les paillassons, le panneau des voisins où chacun note ses besoins ou le service qu'il est prêt à rendre, l'annuaire des voisins, pour rester en contact en évitant les contacts, malgré le confinement et un guide des bons gestes face au coronavirus avec ses voisins.
Il a été pensé dans une optique confinement et peut-être déployé sur son lieu d'habitation sans aucun contact physique avec ses voisins. De plus il est autoporté et ce sont les habitants qui s'organisent sans surcharger les services de la mairie ou de l'office de bonnes volontés difficilement gérables...
Cette solidarité spontanée ou de voisinage complète utilement la solidarité organisée (institutions, associations) limitée à cause du confinement.
Kit Voisins Solidaires


Registre des personnes âgées et isolées

Le confinement est susceptible d’aggraver l’isolement social pesant sur les personnes isolées et fragiles (âgées, en situation de handicap, malades chroniques…).
Le C.C.A.S. de CLOUANGE met en place à cet effet, une procédure d'inscription volontaire sur un registre nominatif.
La finalité du registre est de pouvoir disposer d’un recensement de personnes à contacter régulièrement, afin de veiller à leur santé et leur bien-être et pour leur rappeler des consignes de prudence.

Qui peut s'inscrire ?
L'inscription peut se faire à la demande de la personne elle-même ou à la demande d’un tiers avec son accord.

Comment s'inscrire ?
L’inscription est à effectuer directement au service du CCAS : ccas@clouange.fr ou à déposer dans la boîte aux lettres de la Mairie.
Le formulaire est disponible ci-dessous :
Formulaire d'inscription au registre


Attention aux arnaques !

Faux sites de vente de masques chirurgicaux, de gels hydroalcooliques ou de médicaments, cagnottes frauduleuses, messages bancaires trompeurs... Face à la prolifération des escroqueries profitant de la peur des Français pendant la crise du Coronavirus, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) appelle à la vigilance.
La situation de crise sanitaire suscite des inquiétudes légitimes. Vous voulez rester informé malgré le confinement et cherchez les moyens de vous protéger. Cependant, les arnaques de la part de sociétés et d'individus malveillants se multipliant, la DGCCRF rappelle que :


Symptômes du Covid-19 : un test en ligne

Rester vigilant ? Programmer une téléconsultation ? Appeler le 15 ? L'autodiagnostic en ligne maladiecoronavirus.fr validé par le ministère des Solidarités et de la Santé vous aide gratuitement à prendre la bonne décision selon vos symptômes.
Développé par l'Institut Pasteur et les Hôpitaux de Paris (APHP), le site maladiecoronavirus.fr permet d'orienter les personnes pensant avoir été exposées au virus.
Ce test est uniquement destiné à informer et à contribuer ainsi à fluidifier les services d'urgence pendant l'épidémie de Coronavirus Covid-19.
Il vous suffit de répondre à 23 questions-réponses sur votre état de santé : votre température corporelle, la présence de fièvre ou de toux, une éventuelle perte du goût ou de l'odorat, une fatigue inhabituelle, un manque de souffle, une difficulté à s'alimenter, une maladie grave, etc.
Vous pouvez refaire le test si les symptômes évoluent puis rechercher un avis médical.
Attention : La recommandation qui s'affiche à la fin du test peut évoluer suivant les informations en provenance des autorités de santé et des chercheurs. Elle ne constitue pas un avis médical. En cas de doute, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien.
Pour ces mêmes raisons, les autorités précisent que l'exhaustivité, l'exactitude, le caractère à jour des informations mises à disposition dans cette application, ou leur adéquation à des finalités particulières, ne sont pas garantis.