Dernières actualités

Alerte sécheresse en Moselle

Alerte sécheresse en Moselle

le 17/09/2019
Le département de la Moselle connaît un déficit important de précipitations sur les 18 derniers mois. Les épisodes de très fortes chaleurs des mois de juin et juillet, et le fort déficit pluviométrique enregistré depuis le mois de juin, ont entraîné une baisse générale des débits de tous les cours d'eau de notre département. La situation est particulièrement préoccupante sur la Moselle et ses affluents (Orne, Seille, …) et les Nieds. Les services de l’Agence française de la biodiversité (AFB) font état d’une situation inédite caractérisée par de nombreux ruisseaux en situation d’assec et par une mortalité piscicole importante. Concernant les eaux souterraines, la tendance de niveau piézométrique reste à la baisse même si le niveau moyen mensuel reste proche de la moyenne, voire modérément bas, pour la saison.

Sur la base de ces éléments, et suite à l’observatoire sécheresse qui s'est tenu ce jeudi 8 août 2019 en préfecture, Olivier DELCAYROU, secrétaire général de la préfecture de la Moselle, a renforcé les mesures de limitation des usages de l'eau à un niveau d'ALERTE RENFORCEE sur les communes des bassins versants de la Moselle et de ses affluents (Orne, Seille, …) et des Nieds. Sur le reste du département, les niveaux de restriction sont maintenus au niveau d’ALERTE.

Cette décision implique des restrictions particulières et graduées pour tous les usagers de l'eau : particuliers, collectivités, exploitants agricoles, industriels (etc.).
Ainsi, les usages suivants sont réglementés de la façon suivante :

Ces interdictions s’appliquent, qu’il s’agisse d’eau provenant du réseau d’alimentation public, de prélèvements dans les cours d’eau ou leur nappe d’accompagnement (nappe en équilibre avec les rivières), ou de puits personnels.

Ces dispositions sont applicables à compter de la signature des arrêtés jusqu’au 1 novembre 2019, sauf évolution de la situation météorologique et hydrologique conduisant à renforcer, prolonger ou abroger les mesures prises.

Les contrevenants s’exposent à des amendes de 1500 € et de 3000 € pour les récidivistes.

Les fortes chaleurs ces dernières semaines et la situation de sécheresse ont également entraîné la prolifération de cyanobactéries dans les eaux superficielles. Plusieurs sites sont ainsi interdits à la baignade. Il est également recommandé de ne pas consommer le poisson pêché et d’éviter d’entrer en contact avec l’eau lorsque leur présence est observée.

Arrêté préfectoral portant limitation provisoire de certains usages de l'eau




Voir toutes les dernières news